Rechercher
  • GC Informatique

Principaux risques et cybermenaces liés au télétravail

Avec l’intensification du télétravail, les cybercriminels vont chercher à mettre à profit la possible désorganisation et confusion des entreprises et organisations, ainsi que la dématérialisation des procédures qui en résulte, pour intensifier leurs attaques.

Les principales cyberattaques sont :


– L’hameçonnage (phishing) : Messages (email, SMS, chat…) visant à dérober des informations confidentielles (mots de passe, informations personnelles ou bancaires) en usurpant l’identité d’un tiers de confiance. Conséquences possibles : piratage de comptes professionnels de messagerie ou d’accès aux systèmes d’information de l’organisation, intrusion sur le réseau de l’entreprise, rançongiciels (ransomware), fraude aux faux ordres de virement… 


– Les rançongiciels (ransomware) : Attaque qui consiste à chiffrer ou empêcher l’accès aux données de l’entreprise et à généralement réclamer une rançon pour les libérer. Ce type d’attaque s’accompagne de plus en plus souvent d’un vol de données et d’une destruction préalables des sauvegardes. Ces attaques sont généralement rendues possibles par une intrusion sur le réseau de l’entreprise, soit par ses accès à distance, soit par la compromission de l’équipement d’un collaborateur. Conséquence : arrêt de l’activité de l’entreprise, perte de données…


– Le vol de données : Attaque qui consiste à s’introduire sur le réseau de l’entreprise, ou sur ses hébergement externes (cloud), pour lui dérober des données afin de la faire « chanter », ou de les revendre, ou encore de les diffuser pour lui nuire. Comme pour les rançongiciels (cf. supra), ces attaques sont généralement possibles par une intrusion dans le réseau ou sur les systèmes hébergées de l’entreprise via ses accès à distance ou bien encore par la compromission du poste d’un collaborateur. Conséquences : atteinte à l’activité et à l’image de l’entreprise ou de l’organisation.


– Les faux ordres de virement (FOVI/BEC) : Escroquerie réalisée, parfois suite au piratage d’un compte de messagerie, par message et même téléphone, en usurpant l’identité d’un dirigeant ou d’un de ses mandataires, d’un fournisseur ou d’un prestataire, voire d’un collaborateur, pour demander un virement exceptionnel et confidentiel, ou un changement des coordonnées de règlement (RIB) d’une facture ou d’un salaire. Conséquence : perte financière pour l’entreprise ou l’organisation.

1 vue
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now